Retour à la page d'accueil du site
Menu
Vocalisation du contenu
La statue de Louis XVI

La statue de Louis XVI

La statue de Louis XVI est l'une des trois statues du souverain (toutes réalisées par le même sculpteur Dominique Molchnecht - 1822), existant en France. Les deux autres se trouvent à Nantes et dans le parc du Château de Caradeuc, à Bécherel, près de Rennes). Louis XVI y est représenté un rameau d'olivier dans la main droite et un rouleau de la loi dans l'autre.

La statue, située sur le parvis de l'église Saint Jean-Baptiste est une copie.

L'original, sculpté dans la pierre blanche, est exposé à l'Office de Tourisme.


Classée mobilier historique, elle est l'œuvre de Dominique Molchneht (1793-1876).


Son histoire

La statue Louis XVI du Loroux-Bottereau fut sculptée vers 1820-21. Érigée au Loroux entre 1821 et 1823, très probablement en 1822, elle était déjà mutilée en 1847 ! Quelques années auparavant il y avait eu le remplacement des Bourbons par la monarchie de juillet. Le gouvernement de Louis-Philippe, voulant prévenir un éventuel soulèvement royaliste en faveur des Bourbons, envoya des troupes en Vendée (c'est à dire en Vendée militaire, donc en particulier au Loroux).

Le 2 mai 1831, une compagnie de voltigeurs du 14 me régiment de ligne s'installa au Loroux. Dès le lendemain, elle s'attacha à supprimer les emblèmes à fleur de lys, réels ou supposés ; plusieurs croix, dont celle du cimetière et celle du clocher, en firent les frais. Et, dans les premiers jours de juillet 1831, semble-t-il au cours de la nuit du samedi 2 au dimanche 3, la statue de Louis XVI perdit son bras gauche et fut défigurée ; diverses traces laissèrent supposer que la soldatesque avait essayé de la renverser.

Ce n'est que sous le Second Empire, en 1856, que le docteur Aimé-Simon RENOUL (maire du Loroux de 1851 à sa mort, en 1863), fit restaurer le monument.

Par la suite, bien qu'entourée par une grille (laquelle disparut vers 1940, peut-être en 1942), Louis XVI perdit ses bras ; des cartes postales du début du XXème siècle nous la représente avec et sans bras. De plus sa tête fut aux trois quarts brisée. Vers 1930, le curé BRIAND émit le premier l'idée de la faire remettre en état. Sous l'impulsion du docteur Joseph RENOUL, petit-fils du maire de 1856, un projet de restauration de la statue fut lancé en 1941. Après trois mois d'absence, Louis XVI fut remis en place le 15 septembre 1942, et c'est à cette occasion que l'on grava sur le socle, les inscriptions que l'on y voit.


Le projet de restauration

Lors de la visite du 31 juillet 1992, de Monsieur D'ANTHENAISE, Inspecteur des Antiquités et Objets d'Art des Pays de la Loire, et de Mlle DABOUST, Conservateur départemental, il avait été question de classer cette statue comme Monument Historique.

Ce classement imposant des obligations architecturales aux constructions situées dans un rayon de 500 m du monument et visibles de celui-ci, il fut décidé qu'il ne serait pas classé comme monument, mais comme mobilier, pour lequel il n'y avait plus de telles sujétions.


La statue étant fortement détériorée par les intempéries, elle s'érodait, s'effritait et des fissures se voyaient au travers des plis du manteau, sa restauration devenait nécessaire.

Dans les mois qui suivirent quatre devis proposant différents types de rénovations furent établis, et le classement du Louis XVI par le Service des Antiquités fut lancé dès la fin de 1992.

La statue quitta son socle le 8 janvier 1993 pour un long séjour chez le statuaire, l'Atelier de Sculpture et d'Ornementation (ASO) de Vallet, car le classement traînait; d'abord envisagé pour mars 1993, puis en novembre suivant, il ne fut acquis que fin 93 début 1994.

La solution "restauration de l'original, prise d'un moulage, remise sur son socle de l'original restauré" était retenue, car la moins chère.

Le 30 mars 1994, la Municipalité du Loroux signa une convention avec l'État selon laquelle elle acceptait de participer à hauteur de 50% à cette restauration ; simultanément une participation de 25% était demandée au Département, pour réduire la part communale à 25% du coût global.

Les travaux de restauration purent alors commencer.


Pour qu'elle résiste mieux aux intempéries il fut proposé de traiter la pierre.

Mais, le procédé envisagé n'était pas compatible avec un autre traitement anti-peinture fait lors de sa précédente restauration, après le renversement de la statue dans la nuit du 15 au 16 septembre 1975.


La création de la copie

Comme il n'était plus question de faire un travail qui serait à reprendre sous très peu d'années, l'Inspecteur des Antiquités décida qu'après rénovation de la sculpture, il en serait pris un moulage pour faire une copie qui prendrait la place de l'original, ce dernier étant conservé à l'abri des rigueurs atmosphériques.

Il a donc été fait un moule, devenu propriété de la commune, dans lequel on plaça une ossature en acier inoxydable, composée de plusieurs tiges et de quelques armatures circulaires, et on coula du mortier synthétique, ce qui demanda environ dix heures à deux personnes.


Le résultat en est un duplicata d'un poids de 500 à 600 kg, contre 800 à 900 kg pour le modèle.


Après plus de deux ans d'absence, cette reproduction a été posée sur le socle de la place Saint Jean le 10 février 1995.

Plan d'accès : La statue de Louis XVI

Agence de création de sites Internet pour les professionnels et les collectivités située à Nantes